Dans les champsPassionSALONS

Coup de rétro sur le SIMA 2019

Dimanche 6 Novembre 2022 s’ouvriront les portes du SIMA. Un salon qui se réveille après trois années de Covid, contraint de se renouveler par son contenu, ses dates et son identité. 

S’il réduit la voilure en 2022, c’est que l’heure est venue pour certains exposants de revoir leur façon de communiquer, d’aller au contact de leurs clients et potentiels futurs clients par d’autres moyens. Le phénomène n’est pas propre au SIMA. D’autres salons spécialisés, à l’image des évènements automobile tel que le Mondial, qui s’est tenu il y a peu Porte de Versailles et le salon de Genève 2023, lui annulé, en sont l’exemple. Fortement impactés ces dernières années par la digitalisation des lancements, l’organisation d’initiatives plus locales, sans aucun doute plus économiques et plus écofriendly, les salons indoor (couverts) sont contraints de se renouveler.

Concours de circonstances, alors que tout semblait réglé comme sur du papier à musique, le SIMA se retrouve après trois années de Covid, mêlé aux dates du salon italien EIMA (du 9 au 13/11/22), plus que jamais concurrent. Les organisateurs ont vu quelques participants – notamment les full-liners et tractoristes – obligés de se réorganiser, adapter leurs effectifs et équipements, revoir la surface de leurs stands, et dans le pire des cas ne pas pouvoir venir au parc des expositions de Paris-Nord Villepinte. Serait-ce donc simplement un salon de la transition ou, la fin d’une ère? Toujours est-il que le salon parisien fêtera ses 100 ans en 2022. Il en aura vu passer du monde, des nouveautés et avant-premières, un nombre incalculables d’innovations qui auront contribué avec plus ou moins de succès à l’essor de notre agriculture, de nos entreprises et de nos façons d’interagir avec un écosystème ô combien complexe. 

Nous avons réouvert nos dossiers pour nous remémorer les temps forts de dernière édition, celle de l’avant-Covid, en février 2019. 

Dévoilée à l’ouverture du salon, Mancel devait être une marque « made in France », bien que signée par un chinois; Sinomach-Yto. Un projet qui sur le papier, aurait du redonner vie à un site industriel, jadis l’un des plus prolifiques de France – celui de l’usine McCormick-IH de Saint Dizier en Haute Marne – déjà bien rongé par des décennies de galères, de plans sociaux, passant de IH à Case IH, puis Argo (Landini – McCormick) en 2001, avant de finir dans les mains d’un giga-groupe industriel chinois, visiblement très alléché par les transmissions françaises en 2011. L’effet d’annonce passé, la direction chinoise a jeté l’eau du bain et le bébé avec. Le projet Mancel pourrait s’inscrire alors dans le Guinness Book des records avec la durée de vie la plus courte, pour un fabricant de tracteurs agricoles.
Les tracteurs estampillés Mancel présentés sur le SIMA 2019 auraient bien été fabriqués en France mais n’étaient pas totalement finis ni testés réellement. D’autres sans l’emblème Mancel sont en fait des tracteurs Yto fabriqués en Chine (tout comme les pelles Scoop) et dotés de transmissions qui ne sont pas étrangères aux salariés de l’usine champenoise, encore une fois lésés.
En voici un nom qui n’est aujourd’hui, pas facile à porter. On vous le donne en mille, il s’agit du Corona, que le constructeur italien Maschio Gaspardo renouvellera pour l’édition 2022 par l’Opéra.
C’est la dernière fois que nous verrons Caruelle et Seguip sur un salon. Toutes deux situées près d’Orléans, à Saint Denis de l’Hôtel, les deux marques pourtant bien connues des agriculteurs français seront supprimées du catalogue Exel Industries quatre mois après avoir présenté cette série limitée anthracite.
Nés sous l’identité Versum, les petits tracteurs CVX se verront rebaptisés Vestrum en juin 2019. Visiblement, le nom était déjà déposé par une autre firme. Oups!.
Avec sa série limitée Fiat Centenario, New Holland marque le centenaire de sa marque fondatrice; Fiat.
L’édition du SIMA 2019 est marquée par le lancement de deux nouveaux semoirs chez Sulky. Le Master est dédié aux pragmatiques, ceux qui misent la simplicité et le coût.
Plus techno, le Progress est dédié à ceux qui veulent un outil à la carte.
Kuhn revenait au semis direct avec l’Aurock
Flashback : SIMA 1979, la première Axial Flow 1460 a été vendue en Europe lors de ce salon.
Après 40 ans, le modèle original est à nouveau présenté au SIMA, aux côtés de sa descendante.
Depuis 2017, le Quadtrac s’envisage avec une transmission CVX fournie par ZF.
Un pilotage Isobus sur un déchaumeur, c’est une nouveauté proposée par l’autrichien Pöttinger sur ses Terradisc 8 et 10 mètres
C’était l’attraction de l’automne 2017, la cabine des Krone Big X s’élève au dessus de la culture pour offrir une vue panoramique (et aussi plus de confort pour le conducteur)
D’une capacité de 15 tonnes, le nouveau transbordeur Gourdon TBG 330 a déversement latéral présente comme particularité de pouvoir être chaussé de pneumatiques ou de chenilles.
Pour les cultures hautes comme le maïs, Artec leur dédie un automoteur de pulvérisation polyvalent doté d’un relevage avant.
Trois nouveaux modèles rejoignent la gamme Massey Ferguson 7700 S. Ils se démarquent par la taille de leurs pneumatiques, leur nouveau terminal Datatronic 5 et un PTAC revu à la hausse.
Testé durant l’automne 2018 par Tereos, le chantier américain Amity veut frapper fort dans un domaine où les arracheuses intégrales règnent en maîtres. 150.000 euros HT, c’est le prix de cette solution simple pour récolter vos betteraves à un coût maitrisé.
Rousseau officialisait le lancement de sa gamme d’épareuses électriques E-TP lors d’une journée organisée au Château de Janzé à Marcilly d’Azergues dans le Rhône, en octobre 2018. Elle était donc exposée pour la première fois sur un salon lors du SIMA 2019.
Dernière année de commercialisation pour les Lexion à trois chiffres! La nouvelle génération sera présentée quelques mois plus tard près de Vendome (41)
Place aux chenilles sur la Jaguar Terra Trac, désormais équipée de nouveaux cueilleurs Orbis
Les Deutz Fahr de la série 6W Profi (Stage IIIA) comprennent 4 modèles avec moteurs Deutz de 6 cylindres, de 130 à 180 chevaux. Ils sont prévus pour l’export. Notez l’absence de cabine vitrée.
C’est l’une des plus petites moissonneuses batteuses du marché et parmi les plus économiques. La Deutz Fahr série C5000 est déclinée en deux modèles C5205 et C5305 de 160 et 180 chevaux, avec transmission hydrostatique. Dotée de 5 secoueurs, elle dispose d’une trémie de 4600 litres et d’une barre de coupe de 3,6 à 4,8 mètres. Produite à Zunpaja en Croatie, elle s’inscrit dans la lignée des Starliner et Ectron.
Avec l’Omega OO_FL, Bednar autorise une vaste plage d’utilisations, notamment la fertilisation devant la ligne de semis.
A l’occasion du SIMA 2019, Berthoud met l’accent sur les services et l’expérience client avec une offre de location longue durée Berthoud Rent (primée aux SIMA Innovation Awards), et le pack de services Dark Privilege. Le gros Bruin, automoteur conçu avec le rachat de l’américain Apache permet de partir à la conquête des grandes surfaces d’Europe Centrale et de la CEI.
Présentée lors de l’Agritechnica 2017, la chargeuse Wiedemann série 90 débarque en France avec de belles capacités.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Merci de lire ce message ! Nous avons détecté que vous utilisez un bloqueur de publicités (Adblock). Si vous souhaitez continuer à accéder à l'ensemble du contenu de FARM-Connexion.com gratuitement, merci de jouer le jeu et le désactiver. Ce site vit principalement grâce aux publicités. Nous faisons en sorte de ne pas en abuser et qu'elles ne soient pas intrusives. Merci de nous ajouter à votre liste d'exceptions dans Adblock ou de désactiver ce logiciel.