2024 / 02 / S10 – Vaderstad
La boîte à DocsPassion

Agrisem Multiseem, la charrue qui n’en était pas une

Avant que 2023 ne nous offre ses dernières lueurs, un dernier coup d’oeil dans le rétroviseur s’impose. Parmi les célébrations qui ont marqué cette saison, celle d’Agrisem en Loire Atlantique qui fêtait très exactement le 10 février dernier les 30 ans de sa création. Mais saviez-vous le spécialiste du « sans labour » avait débuté sa carrière avec une charrue?

En 2023, le bureau d’études de la marque ligérienne a été pour le moins prolifique. Cultures en bandes, strip-till, semis direct et de précision, désherbage mécanique…  des sujets qui ne sont pas tous récents pour la marque, qui il y a exactement 30 ans abordait déjà les techniques culturales simplifiées (TCS), d’agriculture de conservation des sols et donc du « sans labour » par différents outils novateurs, et il faut l’admettre souvent couronnés de succès.

C’est en 1993, que Michel Évin, ancien cadre de Howard et fils d’agriculteurs s’intéresse au travail sans labour. Il imagine un outil atypique, qu’il va nommer « charrue Multi SEEM ». Si elle n’a rien d’une charrue traditionnelle, elle permet d’ameublir le sol en profondeur, en le soulevant sans le bouleverser – l’effet pelle à tarte – grâce à une dent courbée à pointe décalée. Michel Évin la fera breveter. La fissuration assurée par cette dent, peu énergivore permet d’accumuler la matière organique dans le profil de terre exploité par la plante et limite les problèmes de ruissellement.

Avec un châssis porteur costaud et un relevage arrière, un semoir peut lui être associé, pour réaliser un semis en un seul passage. Construite par le chantier naval de la S.E.E. Merré à Nort-sur-Erdre (à quelques kilomètres de Ligné, là où Agrisem officiera près de deux décennies), la Multi SEEM (pour Société d’Exploitation des Etablissements Merré) pose les bases de la marque Mat’Agrisem. 

L’année suivante, cette dent si particulière, peu exigeante en puissance permet de lancer les Combiplow et Cultiplow, des ameublisseurs plus compacts et légers, dotés de bras de relevage qui seront le premier grand succès de la marque. La charrue Multi Seem étant plus spécifique, plus onéreuse aussi, elle est limitée en volume. C’est pourquoi il était important pour la jeune entreprise diversifier son offre. 

En 1999, Mat Agrisem devient Agrisem International. Le déchaumeur à disques indépendants Disc-o-Mulch en développement depuis deux saisons fait ses débuts en 2001. Il trace une nouvelle voie au monde du déchaumage rapide et superficiel.

La marque établit un nouveau record de semis le 21 août 2002 en partenariat avec Renault Agriculture. Pas moins de 100 hectares sont ensemencés en 7h34 avec un déchaumeur Disc-O-Mulch de 6 mètres équipé d’éléments de semis, et une trémie frontale positionnée à l’avant d’un Atlès 936.

La marque répond alors à l’engouement croissant pour des techniques culturales simplifiées, et plus spécifiquement pour l’agriculture de conservation. Elle va ensuite se lancer en 2006 plus largement dans le semis une trémie frontale et le DST6000, avec deux trémies de 3.000 litres montées sur un châssis (photos ci-dessous), et un Disc-O-Mulch pour préparer le sol. Un outil qui lui ouvrira les portes des Pays de l’Est, où la marque connaît depuis un certain succès. 


A ce jour, l’utilisation des Multi Seem se fait rare. Malgré tout, sa capacité à intervenir en conditions difficiles, lorsque les sols ont subi le passage d’outils de récolte lourds leur permet de reprendre du service de temps à autre. Fin des années 2000, l’ETA Gernez dans l’Aisne utilisait encore fréquemment cet outil à la place d’une charrue traditionnelle, pour ses semis automnales notamment. 

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Merci de lire ce message ! Nous avons détecté que vous utilisez un bloqueur de publicités (Adblock). Ce site vit principalement grâce aux publicités. Nous faisons en sorte de ne pas en abuser et qu'elles ne soient pas intrusives. Merci de nous ajouter à votre liste d'exceptions dans Adblock ou de désactiver ce logiciel pour pouvoir continuer à nous lire.