[pro_ad_display_adzone id="20457"]
Dans les champsPassion

Betteravenir 2011 : Un dernier tour et puis s’en va

Fin des quotas européens, perte de compétitivité à l’international, baisse des volumes de betteraves cultivées, fermetures de sucreries, abandon des néonicotinoïdes,… la filière sucrière européenne fait face à une série de crises qui ont, par répercussion, profondément bouleversé la technique d’arrachage. 

Non pas que la technique ait été réellement bouleversée. Dans les grandes lignes, le principe d’arrachage reste inchangé depuis l’après-guerre. Il a surtout évolué par le type de bâti arracheur employé, profité d’une bonne louche d’électronique, d’assistances de conduite, de confort pour l’opérateur, qui en plus de devoir éviter ces quelques bâtons mis dans ses roues (Oppel, s’il en est doté) a vu le coût de ses investissements croître de façon exponentielle.  C’est surtout l’offre globale qui a évolué, mais de façon dégressive. Les automotrices ont totalement disparu du marché. Les ventes de chantiers décomposés (les plus économiques, comptez autour de 200.000 euros HT) sont marginales tandis que les intégrales, toutes à plus de 400.000 euros HT désormais (comptez même plus de 650.000 euros HT pour les plus grosses) représentent la quasi totalité du marché. Sur les moquettes des salons, les industriels répondent à la demande. Sur le terrain, à vous écouter, il semblerait que le discours soit plus souvent inversé.

A la veille de l’ouverture du salon dédié à cette culture, Betteravenir à Berny en Santerre (Somme), on remet le nez dans nos archives de l’avant dernière édition; celle de Chéry les Pouilly dans l’Aisne en 2011. Alors que l’on regrettait déjà la disparition de l’automotrice Herriau TH5 (à l’origine de la trémie d’attente Non-Stop) à l’époque pour des raisons de standardisation et d’homogénéisation de la gamme Exel Industries, étaient présentées au travail les dernières réalisations de ce groupe français; les intégrales Moreau Xerris et Matrot Kroma, mais également l’automotrice Matrot Magister, un mic-mac de ce qui faisait la force des M41, Lectra & Lexxis. Des machines qui s’avéreront être les dernières automotrices produites en France au profit de la petite intégrale Agrifac LightTraxx (vendue à l’époque 100.000 euros plus cher) et des Holmer Terra Dos T3, respectivement d’origine néerlandaise et allemande. De l’autre côté du Rhin également, Kleine allait quelques mois plus tard tirer sa révérence, car rachetée par le groupe Grimme. Les petites intégrales SF10 et le gros avaleur déterreur aperçu lors de Betteravenir 2011 ne connaitront pas de suite. 

À mesure que la technique évolue, les prix des équipements aussi, faisant face aux cataclysmes économiques et écologiques, les professionnels de l’arrachage devaient et doivent continuellement se professionnaliser davantage. C’est dans cette idée que Betteravenir, le rendez-vous des planteurs se tiendra 25 et 26 octobre 2023 à Berny-en-Santerre, dans la Somme.

Afficher plus
[pro_ad_display_adzone id="2828"]
Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Merci de lire ce message ! Nous avons détecté que vous utilisez un bloqueur de publicités (Adblock). Ce site vit principalement grâce aux publicités. Nous faisons en sorte de ne pas en abuser et qu'elles ne soient pas intrusives. Merci de nous ajouter à votre liste d'exceptions dans Adblock ou de désactiver ce logiciel pour pouvoir continuer à nous lire.