ConstructeursEntreprisesTracteurs

Clap de fin pour Mancel et Saint Dizier?

Ils n’auront même pas eu le temps d’aller jusqu’aux champs. Promis pour une commercialisation dès le printemps 2020, les tracteurs Mancel ne verront finalement pas le jour.

Rappelons les faits. Propriété de Sinomach, colosse de l’industrie chinoise, Yto faisait l’acquisition en 2011 de l’ex-site McCormick (Argo) à Saint Dizier en Haute Marne, promettant de maintenir les 206 emplois en poste, même d’en créer 400 supplémentaires à l’horizon 2015 afin d’y assembler des tracteurs. Des promesses qui n’ont jamais été tenues et ont été suivies de lourdes restructurations de son activité mais également de licenciements. (voir article du 9/11/18) Nouveau plan social et délocalisation de la production des transmissions en Chine, l’annonce du 8 novembre 2018 contrastait avec celle suivait quelques semaines plus tard. Yto annonçait son intention de développer les activités du site de Saint-Dizier et d’y fabriquer une nouvelle génération de tracteurs agricoles. Difficile de croire alors à ce constructeur, qui ne cesse de faire des promesses qu’il ne sait tenir.

Le low-cost à la française

Et pourtant, une équipe est bel et bien constituée et a pour mission de mener le projet « FLYE ». (First Leaning Yto Europe ou Première Expérience pour Yto Europe) à terme. Elle crée une marque, une identité et un produit. Ce sera Mancel, en rapport avec une technique de traction équine et aura comme nurserie l’usine de Saint-Dizier. Contre toute attente, le projet devient réalité et Mancel fait son coming-out au SIMA en février 2019 (voir article du 4/03/19), soit quatre mois seulement après les premiers coups de crayon. Moteur FPT 4 cylindres archi connu, transmission semi-Powershift provenant des anciens Case IH MX et McCormick MTX, un équipement assez pragmatique, simple mais complet. S’ils sont encore des prototypes, les Mancel exposés pour la première fois, fièrement estampillés du label « Made in France » avaient de beaux arguments pour séduire une clientèle en quête de solutions économiques et de simplicité. Mais voilà, la direction de Sinomach avait déjà d’autres plans au SIMA que celui de lancer une marque de tracteurs conçus et assemblés en France, dans un contexte compliqué en Chine.

Un site meurtrit

Baisse des marchés financiers, faillites d’entreprises, emprunts non remboursés, la Chine est en crise. Des groupes comme Sinomach, qui emploient plus de 130.000 salariés et réalisent 43 milliards de dollars de Chiffre d’Affaires les bonnes années sont fortement impactés par cette conjoncture économique. Celui qui manageait le projet Mancel et qui lui apportait toutes les liquidités nécessaires à sa constitution a voulu faire des économies. Alors qu’il investissait lourdement encore récemment dans l’outil industriel de Saint Dizier, le chinois a signifié à son équipe française, en charge du projet, que le projet Mancel n’aboutirait pas; qu’il est « ajourné ». Non pas supprimé mais bel et bien renvoyé à une date indéterminée. Yto n’a pour l’heure, pas communiqué sur ses réelles intentions futures et aurait rapatrié le projet Mancel en Chine, tout comme la production des transmissions ex-Saint Dizier. Le projet FLYE, qui rime plutôt avec la « dernière expérience pour Yto Europe » laisse derrière lui une cinquantaine de salariés non reclassés et l’une des plus importantes usines de tracteurs en Europe, vidée de toute vie industrielle après 95 ans d’existence.

Publicité
Tags

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité