Grandes CulturesMéthanisationRécolteVIDEOS

Méthanisation: Une réflexion pour valoriser des résidus de maïs

Rien ne se perdrien ne se crée, tout se transforme. L’adage populaire s’applique également aux résidus de cultures que l’on peut valoriser sous différentes formes, en paillage, en alimentation et même en énergie. 

Alors que la récolte de maïs grain battait son plein il y a encore quelques semaines, nous vous emmenions dans la Marne sur une installation de méthanisation qui emploie différents résidus de cultures et CIVE (cultures intermédiaires à vocation énergétiques). Nous nous concentrons lors de cette expérimentation sur la partie transport et le calibrage du produit, une étape essentielle qui permettra aux bactéries du digesteur de transformer le carbone en méthane.

L’itinéraire technique

Pour récolter le maïs grain, les rafles et cannes de maïs, plusieurs solutions existent. Celle choisie lors de cet essai emploie d’abord un cueilleur Geringhoff Maïs Star Collect. Cet appareil développé spécifiquement pour ceux qui souhaitent exporter rafles et cannes de maïs dispose d’une vis sans fin située sous le cueilleur accompagnée d’ailettes sur les lames du broyeur et permet en effet de canaliser de la matière au centre du convoyeur pour réaliser un andain. Le constructeur allemand annonce qu’entre 80 à 85% de la matière “aérienne” du maïs peut être récolté de cette façon. Dans la réalité, cela dépend aussi de l’inclinaison du convoyeur de la moissonneuse batteuse, car l’emplacement de la vis sans fin peut selon la marque de la moissonneuse limiter ce potentiel. Une coupe traditionnelle peut convenir, mais il faudra ensuite andainer les résidus en tachant de ratisser le minimum de terre. Lors d’essais précédents, il a été constaté qu’un andaineur à tapis (type Roc ou Kuhn Merge Maxx) convient le mieux et ne monte pas, ou peu de terre dans l’andain de résidus.

© Geringhoff
La collecte des rafles et cannes peut ensuite se faire grâce à une ensileuse et d’une flotte de bennes. Mais dans le cas présent, il était primordial de faciliter la logistique, limiter la main d’oeuvre et donc rendre le chantier quasiment autonome. Seule la remorque autochargeuse pouvait convenir dans un tel cahier des charges. Lors de cette démonstration, le choix s’est porté sur une Fendt Tigo 75 XR (ex Lely) de 75 mètres cubes compressés. Le produit doit ensuite être stocké de façon étanche s’il n’est pas traité immédiatement.
Sinon, il peut être broyé et calibré grâce à un appareil qui a été développé à l’origine pour les aviculteurs. Lancé l’année dernière, le Tomahawk C12 de Teagle est un broyeur de grande capacité capable de calibrer tous les fourrages, ainsi que des produits comme le miscanthus pour de multiples applications (chauffage, paillage, énergie).
Une sélection de grilles interchangeables (de 20 mm à 100 mm) permet de sélectionner la longueur de coupe. Le rotor doté de 56 couteaux tourne à plus de 2000 tr/min et est entraîné par la prise de force du tracteur (1000 tr/min), avec régulation de puissance automatique. En fonction du produit et de la longueur requise, le Calibrator C12 peut broyer jusqu’à 12 tonnes par heure. Il nécessite un minimum de 180 chevaux pour être emmené.
Nous retrouvons Luc Jeannerot, agent commercial Teagle sur le secteur nord-est de la France pour nous en parler.

6 commentaires

  1. Que d’énergie fossile dépensée pour récolter une matière organique qui aurait pu rester sur le sol! N’oublier pas que le méthane produit par la méthanisation est 23 fois plus polluant que le CO2 pour la couche d’ozone et que l’opération proposée aura certainement un bilan Gaz à Effet de serre négatif. A méditer…

    David
    “Oui à la transition énergétique, mais pas n’importe comment et pas n’importe où!”

  2. Au fait, ce n’est pas un adage populaire, c’est une citation de Lavoisier (1881) …
    Et elle est effectivement particulièrement adaptée à la situation, tout ce qui entrera dans le digesteur retournera aux terres, le pire comme … désolé, y’a plus de meilleurs dans un digestat !
    sincèrement
    daniel

  3. Bonjour,

    Vous ne vous rendez pas compte du désastre écologique et environnemental que vous allez faire subir aux générations futures avec cette méthanisation. Appauvrissement des terres, pollution des sols, des eaux et de l’air, voila ce qu’il résultera de ce mode de production d’énergie, si peu efficace.
    Votre balance CO2 va devenir hyper négative avec des engins comme ceux-là

    Sincèrement
    Daniel Chateigner
    Professeur
    Normandie Université

    1. Pour le biométhane décarbonné et renouvelable, pour la fin du gaz fossile destructeur pour le climat dit :

      Je plains l’université de Normandie qui a un professeur aussi médiocre, et je me contiens… Quand on est professeur et que l’on enseigne la rigueur scientifique, on se renseigne sur les publications scientifiques parues sur la méthanisation. Et le bilan CO2 est largement positif, yc pour la méthanisation de résidus de culture, de CIVE… Dire que nos impôts vous paient pour raconter autant de conneries. A l’heure de l’urgence climatique, vos propos et accusations sans fondement et erronés sont criminels. J’hésite sincèrement à porter plainte contre vous…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Merci de lire ce message ! Nous avons détecté que vous utilisez un bloqueur de publicités (Adblock). Si vous souhaitez continuer à accéder à l'ensemble du contenu de FARM-Connexion.com gratuitement, merci de jouer le jeu et le désactiver. Ce site vit principalement grâce aux publicités. Nous faisons en sorte de ne pas en abuser et qu'elles ne soient pas intrusives. Merci d'ajouter à votre liste d'exceptions dans Adblock ou de désactiver ce logiciel.