ConcessionnairesEntreprisesNon classé

Ventes de matériel agricole, un marché en tension

A l’issue du premier semestre 2024, le SEDIMA (Syndicat National des Entreprises de Service et Distribution du Machinisme Agricole, d’Espaces Verts, et des Métiers spécialisés (élevage, irrigation, viticole-vinicole…) fait le point sur le marché des agroéquipements.

Si l’évolution globale des prises de commandes de matériels neufs et d’occasion devraient être globalement stable sur le 1er semestre 2024 (respectivement -1 à +1% pour le matériel neuf et 0 à +2% pour le matériel d’occasion à un an), le SEDIMA est particulièrement soucieux pour les adhérents du secteur vitiviniculture qui est le plus touché par la diminution des prises de commandes de matériels neufs. La baisse des cours des céréales a également impacté les prises de commandes de neuf sur le marché des grandes cultures. A cela s’ajoutent les prix élevés des matériels, placés en seconde position dans les freins à la demande. A l’inverse, la tendance est plus favorable pour la polyculture élevage ou les équipements d’élevage. Côté espaces verts, le bilan est positif pour la distribution de matériels sur le 1er semestre 2024 à un an. En effet, 61% des entreprises déclarent attendre une progression de leur chiffre d’affaires de matériels neufs. Cette croissance s’accompagne également d’une hausse du chiffre d’affaires pièces détachées et à l’atelier. Pour le matériel neuf, la dynamique continue d’être portée par les robots de tonte et les matériels électriques et à batterie. Mais elle devrait être moins favorable au second semestre pour le chiffre d’affaires matériel neuf. En effet, seuls 42% des répondants déclarent une hausse de leurs ventes alors que 34 % annoncent un recul de leur activité. En revanche, les ventes de pièces détachées et les prestations à l’atelier sont stables ou en hausse dans plus de 80% des entreprises.

Données issues de l’enquête de conjoncture menée par le SEDIMA entre le 3 juin et le 21 juin auprès de ses adhérents avec un
taux de réponse de 30% © SEDIMA

Concernant l’activité au magasin ou à l’atelier, celle-ci est bien orientée sur le 1er semestre 2024. La progression du chiffre d’affaires est évaluée entre +7 et +8% pour les pièces magasin et entre +8 et +10% pour le chiffre d’affaires prestations à l’atelier. Toutefois, les prévisions sont à un ralentissement de la croissance du chiffre d’affaires pièces magasin et des prestations à l’atelier sur le second semestre 2024.

Parallèlement à une demande peu dynamique, les stocks continuent de peser sur les résultats des distributeurs de matériels agricoles. Les stocks de matériels neufs et d’occasion sont de nouveau en hausse et leur niveau est jugé supérieur à la normale par 74% des répondants pour le matériel neuf et par 53% des répondants pour le matériel d’occasion. Les distributeurs disposant de suffisamment de stocks et compte tenu de la diminution des délais de livraison des constructeurs, ils se sont engagés dans une politique de réduction importante des commandes de stocks.

La trésorerie figure en première position dans le classement des principales préoccupations des distributeurs de matériels agricoles du fait notamment des taux d’intérêt élevés. Depuis le début de l’année, la trésorerie s’est dégradée pour 71% des entreprises. De même, on observe une dégradation du crédit client dans 52% des entreprises.

Les distributeurs de matériels agricoles ne sont pas très optimistes pour le second semestre, les prises de commandes de matériels étant estimées à la baisse pour le matériel neuf comme pour le matériel d’occasion (respectivement -9% à -10% et -5% à -6%). Sur le second semestre, une baisse de 13% des prises de commandes de matériels neufs à un an est annoncée par les distributeurs de matériels pour la vitiviniculture. Ces évolutions interviennent après une année 2023 où la demande était plutôt atone notamment au second semestre 2023.

Afficher plus
Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Merci de lire ce message ! Nous avons détecté que vous utilisez un bloqueur de publicités (Adblock). Ce site vit principalement grâce aux publicités. Nous faisons en sorte de ne pas en abuser et qu'elles ne soient pas intrusives. Merci de nous ajouter à votre liste d'exceptions dans Adblock ou de désactiver ce logiciel pour pouvoir continuer à nous lire.