2022 / 09 / 37,38,39,40 – KRONE
A la UneConstructeursEntreprises

Kharkiv, le dernier tractoriste ukrainien bombardé

L’information qui nous est parvenue lundi a été confirmée. L’usine de tracteurs Kharkiv Tractor Plant située à l’Est de la ville de Kharkiv, en Ukraine aurait été très lourdement touchée par la frappe russe. 

La ville de Kharkiv (anciennement Kharkov en russe) est chef-lieu de la région (oblast). Située dans le nord-est de l’Ukraine, à la confluence des rivières Oudy, Lopan et Kharkiv elle est la capitale économique, culturelle et industrielle du pays. Centres culturels et universitaires, établissements d’enseignement supérieur (institut polytechnique, université de médecine, université d’agriculture, écoles d’ingénierie), elle possède de surcroît plusieurs établissements de recherche scientifique, un parc des sports, un jardin botanique, ainsi qu’un hall philharmonique, des théâtres, un planétarium et de nombreux musées. Mais c’est aussi par son tissu industriel dominé par les constructions mécaniques qu’elle fait la fierté de ses 1.421.125 habitants. Un haut lieu économique où sont produits des locomotives Diesel, des avions, des machines-outils, du matériel minier, des machines agricoles, des véhicules deux roues, des générateurs d’énergie, des turbines à vapeur, divers appareils électriques… et de l’armement dont des chars, véhicules blindés. Un pilier vital pour l’Ukraine et que l’armée russe a cette semaine détruit.

3 millions de tracteurs en 90 ans

Située à l’est de la ville, au coeur d’une zone industrielle étendue et fortement marquée par l’ancien régime soviétique, l’usine Kharkiv Tractor Plant, connue sous différentes dénominations (Kharkov, Charkow, XT3/XTZ ou KhTZ / HTZ selon la langue employée ou la période) a été construite pendant l’industrialisation stalinienne en 1930, dans le même style que l’usine révolutionnaire de Ford aux Etats Unis, agencée pour produire des dizaine de milliers d’automobiles par an. L’industrialisation de l’Union soviétique ne faisait que commencer. 

Photo Kharkiv Tractor Plant

Le premier tracteur à roues métalliques SXTZ 15/30 est sorti de l’usine en 1931. Il fonctionne au kérosène et affiche 30 chevaux. Fin 1932, l’usine a déjà produit 17.374 tracteurs. De plus, Yugtraktorostroy (le nom de l’usine originelle) a produit 1.507 moteurs, 17.500 tonnes de fonte brute, près de 1.300 tonnes de métaux non-ferreux. En 1936, 150.000 tracteurs ont été produits. Après le début de la guerre avec l’Allemagne, l’usine a également produit des chars légers improvisés ChTZ-16 (T-16) sur châssis de tracteur. Ensuite, les tracteurs qui sortiront de l’usine seront majoritairement chenillés. Le 20 janvier 1967, le millionième tracteur sort de la chaîne de montage.

Le T150K, un modèle de longévité

Mais c’est en 1972 que naît le tracteur qui reste encore aujourd’hui l’emblème de la mécanisation agricole ukrainienne. Second modèle le plus diffusé après le Kirovets K700 dans toute l’Europe de l’Est, le T150K a été lui aussi conçu à l’initiative de l’union soviétique à l’heure où l’Ukraine n’était pas indépendante. Les fermes d’état n’avaient pas d’autre choix que de s’approvisionner dans les usines d’état, dont faisait partie Kharkov et Kirovets. 

L’usine produit en plus de ses machines agricoles des véhicules pour l’armée, des blindés et chars, comme la plupart des usines capables de fabriquer des véhicules roulants. Dans les années 1980, l’usine a atteint sa productivité maximale avec jusqu’à 70.000 tracteurs par an. En 1994, soit trois ans après l’indépendant de l’Ukraine, l’usine a été transformée en une société anonyme ouverte. Elle continue de produire des tracteurs standards, mais également ses 4 roues égales rigides ou articulés, sur base du T150K. La crise de 2008 l’atteint fortement. Les ventes s’effondrent. En 2016, l’usine est privatisée et change alors de propriétaire, lui permettant de se revoir sa production. Elle reprend son souffle, passe le cap de 2.000 tracteurs produits en 2017 et arrive l’année suivante à doubler sa production.  

Le T150K, un tracteur d’environ 150 à 260 chevaux (selon les versions et années) devait souffler en 2022 ses 50 années d’existence et arborer un nouveau design, profiter de quelques améliorations techniques et permettre à l’usine de reprendre un peu son souffle. Un tracteur qui comme le Kirovets K700 fait l’objet de nombreux rétrofits et restaurations, comme retrouver une première jeunesse. En pleine reconquête d’un marché exclusivement réservé à l’Europe de l’Est, le seul tractoriste d’Ukraine saura-t-il un jour reprendre sa route? Nous essaierons de vous tenir au courant en fonction des éléments recueillis.

Des ukrainiens en France

Le T150K a même été vendu à l’export sous différentes dénominations grâce à des accords établis avec Belarus & Traktorexport. Début 1986, l’usine fournissait ce tracteur dans pas moins de 36 pays. En Argentine, il était proposé aux couleurs du fabricant de moissonneuses batteuses Bernardin. 

Archaïques mais plutôt bien équipés, les T150K ont d’abord été commercialisés en France par le réseau Actif AVTO au tournant des années 70-80 sans grand succès. Ce n’est que vers la fin des années 80, début 90 que AVTO Belarus peut compléter sur les 165 chevaux de ce gros tracteur pour compléter son offre. Repeint aux couleurs Belarus et estampillé B1507, il trouvera preneur essentiellement en Champagne avec la société ASPY Services. 


2022 / 09 / 37,38,39,40 – KRONE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Merci de lire ce message ! Nous avons détecté que vous utilisez un bloqueur de publicités (Adblock). Si vous souhaitez continuer à accéder à l'ensemble du contenu de FARM-Connexion.com gratuitement, merci de jouer le jeu et le désactiver. Ce site vit principalement grâce aux publicités. Nous faisons en sorte de ne pas en abuser et qu'elles ne soient pas intrusives. Merci de nous ajouter à votre liste d'exceptions dans Adblock ou de désactiver ce logiciel.