Économie & SocialEntreprises

Lubrizol : L’État promet une indemnisation des agriculteurs

Suite à l’incendie de l’usine Lubrizol à Rouen le 26 septembre dernier, Didier Guillaume, Ministre de l’Agriculture a promis le 30 septembre l’indemnisation totale des agriculteurs dont les activités sont affectées par les retombées de suie. Mais quid des entreprises de travaux agricoles dont l’activité est stoppée depuis une semaine ?

Des milliers d’hectares d’herbe, de maïs ensilage, de betteraves ou encore de pommes de terre sont concernés par ces arrêtés sanitaires et ne peuvent encore à ce jour être récoltés. A ceci s’ajoutent d’autres denrées qui ne peuvent être commercialisées comme le lait ou les légumes. Pas moins de 216 communes sur 5 départements (la Seine Maritime, la Somme, l’Aisne, l’Oise et le Nord) sont concernées (liste actualisée au 3 octobre avec 4 nouvelles communes dans l’Oise et 6 dans l’Aisne). La profession est par conséquent à l’arrêt total depuis une semaine sur cette zone et attend les résultats sanitaires et une levée de bouclier.

Vous devrez être indemnisés en totalité, d’abord par des avances”, a déclaré le Ministre de l’Agriculteur lundi 30 septembre à des éleveurs laitiers, lors de la visite de leur exploitation à Bois-Guillaume, près de Rouen. Didier Guillaume a promis des avances de trésorerie rapides. “Il faudra appliquer le principe du pollueur-payeur, et que les entreprises responsables de cela payent”, a-t-il ajouté.

La FNEDT, la Fédération Nationale Entrepreneurs Des Territoires, de son côté rappelle qu’à la suite de cet accident, ces prestataires de services et leurs salariés sont également au chômage technique. Au sein de chaque ETA (entreprises de travaux agricoles), des dizaines de machines de récolte sont à l’arrêt. « La perte de chiffre d’affaires pour les ETA s’élève à 7.000 euros par jour et par machine de récolte. Que vont devenir ces entrepreneurs et leurs salariés ? », s’interroge Gérard Napias, président de la FNEDT, avant de regretter que «la mobilisation du dispositif d’activité partielle des salariés pour les entreprises est totalement insuffisante». Les entrepreneurs demandent ainsi une indemnisation totale de la baisse du chiffre d’affaires causée par l’incendie.

Tags

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité