AGRITECHNICA 2019ÉpandageSIMA 2019Travail du sol / Semis

Horsch se (re)lance dans le désherbage mécanique

En matière de protection des cultures, près de 30 millions d’euros ont récemment été investis à Landau en Allemagne, pour accélérer la cadence de production des pulvérisateurs Leeb LT, GS, AX, PT et prévoir suffisamment de place pour construire un nouvel automoteur plus adapté au marché français. Mais pour Horsch, le désherbage passera également par des bineuses et des herses étrilles.

Les modes sont d’éternels recommencements. La herse étrille par exemple est un outil vieux comme le monde, toujours fréquemment utilisée en Amérique du Nord pour effectuer rapidement et à moindre coût un faux semis après récolte. En Europe, elle a séduit à un moment, mais ça n’a pas duré longtemps. L’outil a été jugé trop peu efficace et pas assez polyvalent, ce malgré ses avantages économiques et l’intérêt écologique, de limiter l’usage de désherbant. Boudée, la herse étrille fait son retour ces dernières années, stimulée non seulement par la pression du consommateur, qui souhaite éradiquer manu militari le glyphosate mais aussi par le coût du carburant.

Une herse Horsch Jumbo ST toujours prête à l’emploi. Avec 5 rangées de dents flexibles et un angle d’attaque réglage par vérins hydrauliques, le réglage d’agressivité est lié à la profondeur de travail. Capable d’intervenir rapidement et économiquement après récolte (8-15 km/h), la herse étrille favorise une levée rapide des adventices tout en réduisant la population de limaces. Souvent employée deux fois, précédemment à un désherbage chimique ou mécanique plus agressif, elle permet de stimuler la levée des stocks de mauvaises herses en surface, jusqu’à 3 centimètres de profondeur et sans risque de faire remonter les graines enfouies.

Autodidacte et auto-consommateur puisque agriculteur avant d’être un industriel, Michael Horsch l’a testée avant de commercialiser dans les années 1990 sa herse Jumbo ST, dans des largeurs de 8 – 12 et 15 mètres. Autant le dire, à l’époque ça n’avait pas convaincu suffisamment d’utilisateurs pour poursuivre la commercialisation. Mais cette fois-ci, l’industriel a jugé le marché suffisamment mature pour renouveler l’essai, d’autant plus que dans le cadre du Plan Végétal pour l’Environnement ces outils sont subventionnés. Il lancera lors de l’Agritechnica en novembre prochain non seulement une nouvelle gamme de herses étrilles de 12 à 24 mètres mais également des bineuses de 6, 8 et 12 mètres. Sa démarche n’est pas seulement de profiter de cette mouvance et de l’aide financière allouée par l’état, mais d’accompagner une démarche globale. Michael Horsch a depuis plusieurs années assisté à la montée en puissance d’une agriculture hybride, une façon de lier une technique conventionnelle à une agriculture biologique. Ces équipements de désherbage mécanique entrent dans ce raisonnement et pour Michael Horsch, les français sont les ambassadeurs de cette tendance.

Lors d’une conférence de presse au moment du SIMA, le PDG de l’entreprise éponyme nous confiait même qu’il travaillait sur la technique du strip-till.

Une bineuse en cours de tests sur l’exploitation AgroVation en République Tchèque.

 

Tags

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité