SIMA 2019Travail du sol / Semis

SIMA 2019 : Claydon prévoit une version allégée de l’Hybrid T6

S’ajoutant à l’Hybrid T6, parfois jugé trop lourd et nécessitant davantage de puissance, le T6c présenté lors du prochain SIMA par l’anglais Claydon se veut plus compact et 20% plus léger.

C’est notamment parce qu’il est conçu sur la base d’un Hybrid T4 de 4 mètres qu’il peut se targuer d’être 2 tonnes plus léger, soit 7 t à vide. Mais pour y parvenir, la trémie est limitée à 3.500 litres contre 5.500 sur le T6 classique. Cette dernière est supportée par un châssis spécifique et par des roues de jauge en position centrale, ceci afin d’intervenir uniquement sur des zones de sol non travaillé, en prévention de risques de compaction et de battance. Elle est compartimentée à 100% pour les semences ou 60/40 en association avec un engrais.

Plus maniable, l’appareil s’attèle aux bras inférieurs d’un tracteur de 300 chevaux et pourra semer jusqu’à 45 hectares par jour. Il est repliable à moins de 3 mètres et bénéficie d’un équipement de série très complet : gestion centralisée de la profondeur de semis, dosage à boitier en inox, d’origine KV, console RDS Artemis pour la gestion du jalonnage et la modulation de dose de semis… L’animation hydraulique de la turbine, les têtes de distribution (revues par Claydon pour un transport des semences plus fluide), le dispositif de jalonnage et le couvercle de trémie font aussi partie de la dotation d’origine. Au chapitre des options, on trouve un kit d’éclairage incluant des phares de travail et des caméras de surveillance depuis le poste de conduite, une modulation de dose automatisée sous GPS, des capteurs d’engorgement du transport des semences, des traceurs latéraux et de prélevée, et un système de freinage.

Le Concept Hybrid

Le T6c intègre les acquis de l’itinéraire technique OptiTill que Claydon a perfectionné ces 16 dernières années, en visant une implantation rapide des cultures, en toutes conditions. Car la force des semoirs Hybrid, aujourd’hui proposés dans des largeurs de 3 à 8 mètres, c’est qu’ils sont aptes à semer dans les conditions les plus diverses, « en direct » dans les chaumes comme après des préparations simplifies ou même sur un labour si ce dernier a été consolidé au rouleau. Sur deux rangées, 19 dents fissuratrices, réglables individuellement et protégées de l’abrasion par des plaquettes au carbure de tungstène décompactent et aèrent le sol, optimisent le drainage et laissent un lit de semence suffisamment affiné pour réussir le positionnement des semences. Dans le sillage-même des dents fissuratrices, interviennent les dents semeuses montées sur un châssis flottant qui placent les graines au-dessus du canal de drainage. Ce concept encourage l’enracinement à grande profondeur et le développement du chevelu racinaire, d’où des peuplements rapides, des plantes robustes, un potentiel de rendement optimal…

En fonction des souhaits du client, le T6c peut être doté de plusieurs variantes de socs. L’acquéreur peut aussi choisir s’il veut localiser l’engrais (ou une seconde espèce semée) au niveau des dents fissuratrices ou des dents semeuses ; il peut également opter, à l’avant, pour des disques ouvreurs ou pour des pneumatiques de réappui. Comme option de recouvrement des lignes de semis, la double barre à l’arrière peut être équipée de roues plombeuses, de planches ou de herses-peignes.

A découvrir sur le stand Claydon au SIMA 2019:Hall 5b – E084

Jordan Pirot devient le responsable pour Claydon en France

Tags

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page